C'est une réforme passée quasi inaperçue dans la loi Macron votée l'été dernier… Ce texte tant décrié a en effet apporté quelques retouches à l'épargne salariale. Il a notamment accordé de nouvelles faveurs au plan d’épargne retraite collectif (Perco), ce placement destiné à la constitution et à la gestion d’un portefeuille de titres en vue de la retraite. Zoom sur les nouvelles règles en vigueur depuis le 1er janvier dernier.

Pour rappel, sur un Perco, votre argent est en principe bloqué jusqu’à votre départ en retraite. En pratique, il est possible de récupérer votre épargne avant l’heure dans certaines situations malheureuses prévues par la loi (décès, invalidité, surendettement, fin de droits aux allocations chômage) mais aussi pour financer l’acquisition de votre résidence principale. Ce que ne prévoient pas les autres supports d’épargne destinés à la retraite.

Si l'employeur a mis en place un Perco, tous les salariés de l’entreprise peuvent participer à ce plan, qu’ils soient en contrat à durée indéterminée ou déterminée. Seule une condition d’ancienneté de 3 mois maximum peut être prévue par le règlement du plan. Dans les entreprises de moins de 250 salariés, les chefs d’entreprise qu’ils soient artisans, commerçants ou membres d’une profession libérale, les dirigeants de société ainsi que leurs conjoints associés ou collaborateurs peuvent également participer au PERCO dans les mêmes conditions que leurs salariés.